La vente avait également une signification particulière propre à l’exploitation forestière. Je pensais faussement que l’on donnait un nom de garde-vente à un surveillant de marchandises destinées à une foire. Non ! Il ce serait en ce cas agi d’un garde des foires, également appelé juge conservateur des privilèges des foires parce que :

VENTE. Signifie encore une coupe de bois d’une certaine quantité d’arpens qui se fait tous les ans dans une forêt. On a mis cette forêt en coupe ou vente réglée, il y a tant d’arpens en vente chaque année. Ce sont les Officiers des Eaux & Forêts qui vont asseoir les ventes, & faire les ventes dans les Forêts du Roi.
VENTES PAR RECEPAGE. Ce sont les ventes qui se font dans les forêts gâtées par délits ou par incendie, ou de jeunes taillis qui ont été excessivement abroutis par la gelée ou par les bestiaux. Cette vente est une des sept ventes dont il est parlé dans les Ordonnances des Eaux & Forêts. Les autres sont la vente des taillis, la vente des baliveaux sur taillis, les ventes par éclaircissement, celles par pieds d’arbres, la futaye & les bois chablis.
On nomme pareillement Ventes, les lieux où l’on fait les coupes ou l’exploitation de ces bois. On ne peut faire dans chaque vente qu’une certaine quantité de fosses à charbon.
Les Marchands Adjudicataires des bois sont tenus de vuider les ventes dans les tems fixez par leur adjudication ; c’est à dire, qu’ils doivent enlever dans le tems qui leur est prescrit, tous les bois des endroits où ils ont été coupez & exploitez.

Extrait de : Dictionnaire universel de commerce

Lire la suite