Ci raconte de l’amestice.

Briement et sanz aloigne dite
vos conterons de l’amestice.
Porpre color a, et retret
au sanc do martyr do cors tret.
Confortatis est durement,
et puet chacier segurement
qui l’a, par plein et par boscaige.
Volentiers vient bete sauvage
a cil qui amestice porte.
Home contre ivresce conforte,
et le met en ferme creance,
et gracïeus est, sanz dotance.

Le Lapidaire chrétien par Marbode – Transcription du manuscrit par Valérie Gontéro.

Quelques définitions du dictionnaire d’ancien français de François LACOMBE permettent de retrouver bon nombre de significations désuètes tirées des écrits les plus anciens. Une quantité non négligeable de termes correspondant aux différents contextes de ma généalogie, j’ai ci-dessous repris quelques contenus à titre d’exemple.

Certaines étymologies sont encore bien antérieures et peuvent voir leurs origines dans la religion et révéler d’illustres aïeux aux confessions diverses. Les traces les plus anciennes sur mon nom de famille viennent d’un ouvrage sur le monachisme, qui fait état d’un ascète en Nitrie vers 383 : Saint Augris (Monasticism – Father Daniel Al-Antoni). Ma branche CLAIR viendrait de Saint Clair, mais là difficile de cibler puisqu’il y en eut plusieurs… dont le plus ancien fut évêque de Nantes au 3e siècle. Pour ABRAHAM, aucun doute à ce sujet, puisque sur l’acte de sépulture de mon plus ancien ancêtre de cette branche il est précisé qu’il a vécu en bon chrétien, ce qui pourrait convenir à un converti. Mes ancêtres SARRASIN, me donnent également des ancêtres musulmans, qui sont demeurés protestants bien après la révolution ! 

    • ADNET, Petit Adam, enfant d’Adam.
    • ALIXANDE pour Alexandre.

      Alixande comande que l’on bate la mer,
      Por les ondes brisier & les flots avaler.

    • ALLER ou Allier o cry. Je ne puis mieux expliquer cette façon de parler, qu’en copiant la Coutume de Bretagne.

      Touz & toutes doivent aller au cry, comunement, quant cry de feu ou de murtre oyent*.

      *(Entendent)

    • ANTONÉ, Antoiné, Antoine, Antonius.
    • BENOISTE, bénie, benedicta.
    • BLANQUE, pour blanche.
    • BOIS, une lance, une arme des anciens.
    • BORDIER, un Fermier de campagne, villicus, un âne, asinus.
    • CAMUS, Camuse, Camuson, qui est camard, qui a le nez court, fimus, fimusina, pour une femme.
    • CHARLOT, Charliot pour Charles, Carolus.
    • CHEVALEUREUX, courageux, egregius, nobilis.
    • CLAUDINE, Claudaine, Clodène, Claude, Clauda.
    • CLÈRE, cler, clair, brillant.
    • COCOLE, Cocolas, Cocolette, Nicolas, Nicole, nom de femme & d’homme.
    • COLAR, Nicolas, nom d’homme.
    • COSME, Cosmie, Cosmure, chevelure, coma.

      Lorz li respondit la pucelle,
      Qui tant est avenante & belle,
      Et tant avoit blonde la cosme.

      Perceval.

    • ESPERIT, esprit.
    • ESQUIER, un écuyer, cavalcadeur.
    • ESTELLE, Estilles, copeaux de bois, ou éclat de bois, restes de ménuiserie, assula.
    • GADAN, lien pour attacher ou atteler les boeufs. vinculum.
    • GUY, sorte de brelan.
    • HAUBERT, cotte de maille, cuirasse, lorica. Le haubert étoit particulier aux Chevaliers par l’ancienne Coutume de Normandie. Ceux qui possédoient plein fief de Haubert, devoient servir au Ban & arriere Ban, par pleines armes, c’est-à-dire, par le cheval, par le haubert, par l’escu, par l’espée, & par le heaume. Voyez Joinville en 1243.

      Plusieurs raisins procedent de bourjon,
      Et maille à maille fet on le hauberjon.

    • HOULIER, escroc d’armée, ce sont aussi les ouvriers qu’on employe aux mines de houille ou de charbon.
    • JADEAU, Jadiau, Jado, une jatte de bois, gabata.
    • JAQUE, ou Jake, étoit une espece de casaque militaire qu’on mettoit par-dessus le haubert. Cet habillement fait en forme de surtout court, ne passoit pas les genoux, il étoit composé de plusieurs peaux de cerf appliquées les unes sur les autres, garnies en dedans de bourre ou de linge, ce qui le rendoit très-incommode; pour remédier à ce défaut, on avoit soin de le tenir fort large, en sorte que l’homme flottoit dedans. On employoit jusqu’à trente cuirs de cerfs pour les plus forts, ceux qui vouloient les avoir plus légers, se servoient de taffetas, qu’on appelloit alors Cendaux. Quelquefois on couvroit ce Jake des étoffes les plus précieuses. C’est de cette sorte d’habillement que nos ancêtres ont pris le modèle de leur Jaquettes, auxquelles ont succédé nos pourpoints & les justaucorps que nous portons à présent.

      C’étoit un pourpoint de chamois,
      Farci de bourre sous & sus,
      Un grand vilain Jaqué d’Anglois,
      Qui lui pendoit jusqu’aux genoux.

      Coquillard.

      Si avoit par-dessus un Jake par-dessus son haubert;

      Voyez le Roman de Duguesclin.

    • LAS, Lasse, malheureux, malheureuse.
    • LORHIER, Lorrain, né en Lorraine.
    • LOUVAT, un petit loup.
    • MOYEUX, prune confite, ou le jaune de l’œuf.
    • PAPELARDER, Papelardier, faire l’hypocrite.
    • PLESSIS, maison de plaisance ou de campagne.
    • PLISSON, Pelisson, peluche, pelisse, pellis.
    • PREUDOM et PRODOM, homme sage & très-prudent, vir prudens.
    • SAUTEREAU, Sauterelle, locusta.