C’est la catastrophe !

Avec la frustration de ne pas savoir gérer les recherches parce que les registres sont un peu dispersés dans tout le Poitou Charente.

Je ne l’ai pas trouvé du premier coup mais je me félicite tout de même d’avoir pêché le site de bois-tiffrais.org dont le conservateur du Musée Régional d’Histoire Protestante m’a gentiment débrouillé, dans la mesure de ses possibilités, la branche bloquée depuis plusieurs mois déjà.
Le musée tient à jour un dictionnaire des protestants sur cette région et il serait dommage de ne pas aller jeter un petit coup d’œil à la liste des noms de famille et, pourquoi pas, vous faire connaître avec vos aïeux afin d’alimenter cette liste.
J’ai donc pu obtenir par ce moyen la généalogie d’une génération supplémentaire avec dates et noms des pasteurs de ma branche de MERLE et SARAZIN.

Vient ensuite le moment de trouver les actes concernés par ces informations. Et là c’est un peu plus compliqué puisqu’il faut trouver les registres.

Il s’agit de la période du Désert (1685-1787) durant laquelle les pratiquants de la RPR (Religion Prétendue Réformée) ne pouvaient bénéficier d’actes de baptêmes, mariages et de sépultures que dans la clandestinité, et effectués dans des lieux secrets par des pasteurs ou des prédicants itinérants en fonction de la période. Ces actes étaient tenus sur des registres tout aussi secrets dont trop peu ont été conservés.
Le site des Archives de Vendée dispose de quelques registres, également les Archives des Deux Sèvres et de la Vienne. Maintenant savoir quelle paroisse conservait quel registre de quel pasteur nécessite une liste trouvée miraculeusement sur le site de gentils passionnés bénévoles : GE86 – Entraide Généalogique dans la Vienne dont j’ai conservé le lien dans ma page ressources. Lorsque les éléments sont connus les pasteurs y sont précisés, ce qui facilite grandement les recherches.
Il ne reste plus qu’à croiser les données et le tour est joué… pour l’essentiel… il faut tout de même creuser un peu avant de trouver…

J’ai pour ma part découvert également dans les registres catholiques des paroisses sur lesquels vivaient mes ancêtres quelques actes de baptêmes de descendants dits « bâtards » (Les parents mariés au Désert n’étaient pas reconnus comme époux légitimes) qui m’ont permis peu avant la révolution française de compléter une ascendance en pointillés. Il faut également élargir au paroisses avoisinantes…